close

Une question ou une remarque? Faites-le nous savoir!

Syndicaliste // Confédération des syndicats chrétiens (CSC) // Secrétariat de rédaction // Donatienne Coppieters // syndicaliste@acv-csc.be // Besoin de plus d'informations? Visitez www.cscmilitants.be

Terug naar huidig nummer

FACE À FACE /

«Chez Honda, la formation est bien ancrée dans les mœurs»

TEXTE Marie-Paule Vandormael | PHOTO James Arthur | Durée de lecture: 2 MINUTES | 18 JANVIER 2023

Le plan de formation en entreprise pour 2023 (voir encadré) doit mentionner une offre de 4 jours de formation par travailleur. Cela semble un défi énorme pour bon nombre d’entreprises. Nous avons rencontré Rebecca Haeck, Sofie Tondeleir et Véronique Steyaert, trois déléguées ACV-CSC-Metea chez Honda Gand, une entreprise où la formation est, de longue date, solidement ancrée dans les mœurs.

rebeccasofieveronique.png

«Augmenter le nombre de jours de formation n’est pas une sinécure.»

Rebecca: «Notre conseil d’entreprise se réunit chaque deuxième mardi du mois. Depuis des années, un groupe de travail "Plan de formation" se réunit le lundi qui précède le conseil d’entreprise. Tous les membres du CE et le responsable RH assistent à cette réunion qui dure une demi-heure. Il est question du nombre de formations organisées, du contenu des formations et des personnes qui ont participé à telle ou telle formation.»

Sofie: «La formation est une tradition bien ancrée chez Honda. Nous avons en fait toujours fonctionné comme cela. Par exemple, pour chaque nouveau modèle de voiture que nous devons produire, les travailleurs des différentes équipes suivent une formation sur la nouvelle technologie.»

Véronique: «Depuis cinq ans, le fait de suivre des formations est un des trois critères qui conditionne l’octroi du bonus salarial prévu dans la CCT n° 90. Cette disposition exerce naturellement un effet de levier. Elle encourage tout le personnel à suivre des formations.»

Comment le contenu de votre plan de formation est-il structuré?

Rebecca: «Notre plan de formation combine les formations professionnelles spécifiques et les investissements dans les aptitudes et les compétences. Il se décline en quatre composantes: les valeurs de Honda, les compétences techniques, les compétences générales, la prévention et la sécurité. Certains modules sont obligatoires pour tout le monde, d’autres sont facultatifs.

Sofie: «Toutes les formations destinées aux ouvriers ont lieu dans l’entreprise, pendant les heures de travail. Nous disposons des locaux de formation pour de petits groupes de 5 à 15 personnes maximum. Nous pratiquons un système d’équipes limité. En cas de besoin, les travailleurs peuvent donc modifier leurs horaires pour suivre la formation. La pandémie nous a contraints à organiser les formations en ligne, mais nous préférons éviter cette méthode pour les ouvriers parce que les résultats sont moins bons qu’en cas d’apprentissage en groupe. La situation est différente pour les employés. Tout le monde suit la formation, à quelques exceptions près. La formation est évaluée par groupe.»

Véronique: «Chez Honda, chaque équipe commence sa journée par une courte réunion matinale de 5 minutes. Cette réunion sert à communiquer les sujets importants de la journée. Elle sert aussi à présenter (les nouveautés de) l’offre de formation, les options et le bulletin d’inscription.»

Sofie: Les formations sur le rapport à soi et aux autres sont particulièrement appréciées, telles que «50+ et prendre de l’âge», «generations@work», «Je suis un collègue qui met l’accent sur la diversité et les différences générationnelles», etc. Nous faisons surtout appel à des coachs externes pour ce genre de formations.»

Rebecca: «Des suggestions peuvent être émises lors des réunions mensuelles. Actuellement, le personnel est très demandeur de formations axées sur la santé et l’alimentation saine, des formations sur le lean, mais surtout des formations sur le développement des aptitudes numériques (savoir utiliser Itsme, l’e-box, comment remplir la déclaration fiscale en ligne, etc. Nous recherchons des thèmes qui peuvent aussi être utiles dans le cadre de la vie privée tels qu’un mini-cours de secourisme qui expliquerait comment étein-dre en toute sécurité une friteuse en feu, etc.»

Sofie: «Nous cherchons donc à nous doter d’un programme qui puisse intéresser tout le monde. Pour les nouveaux thèmes et contenus, nous fonctionnons avec des groupes tests. Nous avons dû chercher un autre formateur pour une formation sur l’environnement parce que nos attentes respectives ne correspondaient pas.»

Rebecca: «Honda Gand relève de la commission paritaire 112 et du fonds sectoriel Educam. En moyenne, nous arrivions déjà à 3 jours de formation par an pour chaque travailleur. Pour une entreprise comme Honda, où la formation est bien ancrée dans les mœurs, augmenter le nombre de jours de formation – passer à 4 jours en 2023 et 5 jours à partir de 2024 – n’est pas une sinécure. Le fonds sectoriel nous demande de présenter notre plan de formation dès la mi-février 2023. Nous devrons donc déjà l’examiner en conseil d’entreprise en janvier.»

Les valeurs de Honda = formations sur la structure de Honda et les façons de procéder de Honda (le «Honda way»), etc.

Les compétences générales = formations sur le lean, la collaboration, etc.

Les compétences techniques = formations sur le chariot à mât rétractable, l’électricité, les portails, etc.

La prévention et la sécurité = formations sur le secourisme, l’ergonomie, l’énergie, l’environnement, la sécurité incendie, etc.

HONDA GAND

Honda Motor Europe Logistics (HMEL) à Gand assure la distribution de voitures, de motos, de tondeuses, de moteurs hors-bord et de génératrices. Honda Gand emploie 530 travailleurs. Au siège d’Alost, 130 personnes assurent la peinture et la finition des pare-chocs.
Honda est une entreprise bénéficiaire. Pourtant, à cause de la pandémie et de la guerre en Ukraine, elle est confrontée à des difficultés de livraison des matières premières et des pièces. Elle a donc été contrainte, en décembre 2022, de recourir pour la première fois au chômage temporaire.

/Le plan de formation 2023

La loi du 3 octobre 2022 portant des dispositions diverses relatives au travail prévoit un droit individuel à la formation, à raison de 4 jours en 2023 et 5 jours par an à partir de 2024 dans les entreprises qui occupent au moins 20 travailleurs. (1) La loi oblige également ces mêmes entreprises à soumettre chaque année un plan de formation pour le 31 mars, après concertation avec le conseil d’entreprise ou, à défaut de CE, avec la délégation syndicale. Le CE (ou la délégation syndicale) doit émettre un avis sur ce plan pour le 15 mars. L’employeur doit communiquer sa proposition de plan 15 jours avant la réunion durant laquelle il sera examiné. Les représentants syndicaux doivent donc recevoir le plan fin février au plus tard.

(1) Voir l’article «Cinq jours de formation pour chaque travailleur. Enfin!» dans Syndicaliste n° 976 du 14 décembre 2022.

Related articles