close

Une question ou une remarque? Faites-le nous savoir!

Syndicaliste // Confédération des syndicats chrétiens (CSC) // Secrétariat de rédaction // Donatienne Coppieters // syndicaliste@acv-csc.be // Besoin de plus d'informations? Visitez www.cscmilitants.be

Terug naar huidig nummer

TAPE À L’OEIL /

Centres fermés: ces prisons qui ne portent pas leur nom

TEXTE Donatienne Coppieters | PHOTO François Dvorak | 17 JANVIER 2024 | TEMPS DE LECTURE: 1,5 MINUTES

/Centre 127 bis de Steenokkerzeel, 11 février 2018

Cette photo a été prise par François Dvorak le 11 février 2018 lors d’une manifestation devant le centre 127 bis de Steenokkerzeel où avaient été enfermés Mounir et Jiyed arrêtés deux jours plus tôt.

Vous vous en souvenez certainement, tant cette arrestation suscita un mouvement d’indignation de la part de la CSC, du Moc, mais aussi du secteur associatif et culturel: le 9 février 2018, Mounir Tahri, militant de la CSC, et Jiyed Cheikhe, artiste exposant à Bruxelles, sont arrêtés dans les locaux de Globe Aroma, un centre culturel qui organise des échanges interculturels et artistiques. Tous deux sont emmenés au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel, proche de l’aéroport de Zaventem. Ils seront libérés après quatre mois d’actions intensives de solidarité exigeant leur libération. Ce combat pour la libération de Mounir et son témoignage de la vie au centre fermé sont racontés dans un ouvrage initié par la CSC Bruxelles intitulé «Centres fermés: ces prisons qui ne portent pas leur nom/Mounir Tahri: récit d’une lutte pour la liberté et les droits».

À l’heure où l’avant-projet de loi retour de la secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Nicole De Moor, poursuit son chemin vers son adoption par le Parlement fédéral, suscitant de nombreuses oppositions de la part d’associations de soutien aux personnes sans papiers, la lecture de ce livre s’avère indispensable. Elle montre les affres d’une politique migratoire qui vise par tous les moyens l’expulsion des personnes en demande d’asile et des personnes sans papiers et témoigne de l’impérieuse nécessité de continuer à s’y opposer avec force, comme nous l’avons fait en 2018 avec la campagne «Libérez Jiyed et Mounir».

Cette publication corédigée par la CSC Bruxelles, le Ciré, le Moc, la Ligue des droits humains et le Service de santé mentale Ulysse est un outil d’éducation permanente, d’information et de plaidoyer contre des politiques absurdes et inefficaces qui finissent par criminaliser des personnes sans papiers. Nous y présentons aussi nos propositions de solution.

Une lecture que nous vous recommandons pour découvrir la réalité des centres fermés, développer des arguments en faveur de leur fermeture et pour faire vivre la solidarité avec des personnes qui sont enfermées alors qu’elles n’ont commis aucun délit.

A. Chatté, C. Gunes, E.M. Jimenez Lamas, V. Lurquin, V. Oruba, E. Szoc, sous dir. D. Coppieters, «Centres fermés, ces prisons qui ne portent pas leur nom - Mounir Tahri: récit d’une lutte pour la liberté et les droits» édité par CSC Bruxelles, Ciré, Moc, Ligue des droits humains, Service de santé mentale Ulysse, décembre 2023, 59 pages.

/Vous souhaitez recevoir la publication?

Demandez-là à Donatienne Coppieters: dcoppieters@acv-csc.be
Vous pouvez aussi la lire en ligne et la télécharger sur www.lacsc.be/csc-bruxelles/agissez-avec-nous/nos-champs-daction/migrants-csc-bruxelles

Related articles